2004 – Chat va jazzer

Pour public à partir de 6 ans

Spectacle présenté aux Rencontres de Huy 2004
Adaptation du livre Le journal d’un chat assassin de Anne Fine

Le propos

Si tu fais une bêtise un jour,
c’est vers toi qu’on se tourne toujours.
Dès qu’arrive une nouvelle affaire,
« tu l’as fait, donc tu peux le refaire »
Puisque d’un forfait, tu es capable,
de tous les autres tu es coupable.
On a contre toi des tas d’indices,
C’est ainsi que l’on rend l’injustice.

Distribution

Adaptation : Patrick WALEFFE
Distribution :
Eric DRABS
Alexandre FURNELLE
Marie-Sophie TALBOT
Laïla ZAARI
Régie lumière : Maurice VAN DEN BROECK
Régie son :
Patrick WALEFFE ou Pascale SNOECK
Mise en scène : Patrick WALEFFE
Mise en mouvement : Isabelle LAMOULINE
Musique : Marie-Sophie TALBOT
Scénographie : Maurice VAN DEN BROECK – Maude GERARD
Mise en lumière : Maurice VAN DEN BROECK
Costumes : Natacha BELOVA

 

Presse

« Cette malicieuse parodie enchevêtre un jazz astucieusement arabisé, des textes rimés , des chansons cadencées, des saynètes intégrées…La connivence entre les membres du quatuor de musiciens-comédiens est telle qu’elle se révèle contagieuse. Contenu ténu sans doute mais plaisir partagé d’une bonne humeur conviviale. Reste cet avertissement : lorsqu’on a commis une bêtise, il y a risque d’être présumé coupable quand se produit une bêtise semblable. Et puis aussi : pourquoi traiter les animaux de cruels parce qu’ils tuent pour survivre alors que l’homme est un parfait carnassier ?»
Vers l’Avenir
Michel Voiturier 

  

« Un chat se réfugie dans un terrain vague avec trois congénères pour fuir ses propriétaires. On l’accuse de tous les maux : il mange des souris, ramène des trucs dégueulasses dans le salon et s’excuse rarement. C’est un chat quoi ! Mais comment sortir de l’ornière de la culpabilité et de l’accusation systématique ? Réponses en chansons, basées sur le cocasse “Journal d’un chat assassin” d’Anne Fine. Trois excellents musiciens : Marie-Sophie Talbot, Alexandre Furnelle, et Eric Drabs, et une comédienne chanteuse : Laïla Zaari jouent les chats, sans y insister non plus (ils sont en costard). Un spectacle plein d’humour qui ne se prend pas la tête et nous secoue les puces.»
MAD/Le soir
Laurent Ancion 

« …adapté, enrichi de quelques morceaux bienvenus, voici aujourd’hui une splendide comédie musicale. Chat va Jazzer. Et ça jazze ! Laïla Zaari, mutine, ingénue, interprète le chat faiseur de bêtises. Encore que…Sont-ce bêtises pour un chat que de tuer souris, oiseau ou lapin ? Chants, paroles, miaulements, français ou arabe, les interventions captivent, suscitent le rire.  Marie-Sophie Talbot, Alexandre Furnelle et Eric Drabs sont musiciens, mais aussi les personnes humaines qui entourent le chat: famille dans laquelle il réside ou public dans la salle d’attente du vétérinaire… Leur talent participe activement à la réussite de ce cocktail vitaminé.  A consommer sans modération d’autant que par-delà les rires, la fable peut toucher les enfants “faiseurs de bêtises” ou malheureusement étiquetés comme tels.»
Le Ligueur
Philippe Mathy  

«“Chat va Jazzer” emporte les spectateurs dans une partition musicale et drôle, arabisée et très jazzy. Derrière les palissades, une famille gère difficilement la chasse aux souris et bêtises de leur animal de compagnie. La féline Laïla Zaari, accusée de tous les crimes, même ceux qu’elle n’a pas commis. Le chat porte un regard aigu sur les ambiguités humaines de ses parents d’adoption. Mis en scène par Patrick Waleffe, “Chat va Jazzer” et la cocasse Marie-Sophie Talbot dans le rôle de la mère octroieront assurément un bon moment à tous les enfants qui “jazzeront” par là.»
La Libre Culture
Laurence Bertels


Comments are closed.