2002 – Côa

Pour public à partir de 2 ans et demi

Spectacle présenté aux Rencontres de Huy 2002
Mention du jury pour la scénographie

Le propos

Aujourd’hui il fait beau. Et même très beau :
Aujourd’hui il pleut. Et même beaucoup .
Et c’est très bien !
Lui, Jérémie-le-Crapaud, est heureux :
sa maison se remplit d’eau .
Elle, découvre Jérémie et sa maison .
Elle n’aime pas l’eau, ni les vers de terre, ni les poissons,
ni les sauterelles rôties  à la sauce coccinelle .
Pourtant elle suit Jérémie quand il part pêcher à la ligne….
Si je n’aime pas ce que tu aimes, j’aime ce que j’aime,
même si t’aimes pas ce que j’aime .Nous sommes différents et c’est très attirant…

Distribution

Ecriture collective : de Luc FONTEYN, Pierre JOHNEN et Marie-Sophie TALBOT
Distribution :
Pierre JOHNEN
Marie-Sophie TALBOT ou  Nathalie HUGO
Régie : Bruno GUNS
Mise en scène : Luc FONTEYN
Musique : Marie-Sophie TALBOT
Scénographie :
Anne MORTIAUX
Maurice VAN DEN BROECK
Maud GERARD
Mise en lumière : MauriceVAN DEN BROECK
Costumes : Natacha BELOVA

 

Presse

«Jérémie-le-Crapaud vit au bord de d’une mare et s’amuse à tout humidifier; il est tout heureux quand il pleut. Mademoiselle Mandoline le rencontre: elle a horreur de l’eau, aime le chant, la musique. L’un et l’autre découvrent peu à peu leurs nombreuses différences, celles de leurs invités aussi. Et “Coâ”, ce n’est pas un problème…Bravo! Loin de tout discours moralisateur, ce bain de tendresse et de poésie démontre d’une manière éclatante le bonheur de s’accepter les uns les autres, dans un respect des différences, dans leur richesse aussi. “Quelle belle journée!” s’exclame Jérémie avant de s’endormir . Les spectateurs qui l’ont vécue avec lui souscrivent sans réserve. Une histoire toute simple servie par une scénographie appropriée et bien exploitée. Des acteurs qui suscitent d’emblée la sympathie. Un bain de fraîcheur dont se régaleront les enfants.»
Le Ligueur

«“Coâ ?” coasse sans cesse Jérémie-le-Crapaud, en tenue de plongée, endormi dans sa masure. Dans un bazar savemment étudié, il attend le très jeune spectateur invité à s’asseoir sur les gradins en cercle voulu par la scénographie. Il “splitche” et “splatche” avec joie. Détestant l’eau, sa voisine, Dame poule mouillée, diva dinguo et délicieuse Marie-Sophie Talbot, adore chanter. Tout, d’ailleurs, de la besace à la casserole, devient prétexte à de clairs accords. Rideau et gouttelettes tombent du ciel, ravissent les oreilles et les pupilles tandis que le sol, n’est autre qu’une mare réfléchissante. Très belle petite tranche de poésie pour l’enfance, sur les sens et l’intérêt de la différence, “Coâ ?”, mis en scène par Luc Fonteyn, séduit par son inventivité. On y plonge les yeux fermés.»
La Libre Culture

Comments are closed.