2007 – L’Entre Deux

Tout public à partir de 10 ans

Création pour Noël au Théâtre 2007

Le propos

Ils habitent un petit 25m2 au sixième, sans ascenseur… Entre eux deux, c’est la vie, les fous rires, la folie, des envies d’évasion et de projets imaginaires… mais jamais rien de concret. Lui, Pierre, sans travail,s’accroche à ses rêves de pousse-pousse baroque pour visiter l’Asie, de recherches spatiales pour économiser du carburant…. Elle, Wendy, s’accroche à son boulot un peu ennuyeux de traductrice de modes d’emploi d’appareils ménager et à la réalité… La pression économique ne permet guère ce type de cohabitation.

« Pierre ressemble à Peter Pan »… Voilà ce que Wendy a pensé. Et vivre avec « Peter Pan », c’est pas évident!

Peut-on garder ses rêves d’enfance et renoncer à grandir? Ou peut-on grandir en n’oubliant pas tout à fait ses rêves d’enfance?

Distribution

Texte et mise en scène : Christian DALIMIER

avec :
Vléry BENDJILALI
Bénédicte CHABOT
Manu MATHIEU

Scénographie : Hélène KUFFERATH, Maurice VAN DEN BROECK & Martin DELVAL

Costumes:  Noëlle DECKMYN

Musique: Marie-Sophie TALBOT

Assistanat : Pauline STASSIN

Presse

« Un petit couple sympathique vit d’amour et d’eau fraîche dans un minuscule appartement. Mais tandis qu’elle travaille d’arrache-pied, lui se contente de rêver, tel un Peter Pan couvé par une mère plus qu’envahissante. Mettant en évidence l’incapacité à grandir qui frappe bon nombre de jeunes adultes, “L’entre-deux” montre bien le fardeau que cela peut représenter pour l’entourage, au-delà du côté charmeur de ce type de personnage. Un spectacle humain et émouvant, avec en prime la performance de Manu Mathieu en mère possessive et sans gêne.»
Jean-Marie WYNANTS, Le Soir.

« Délicieux boulevard, et plus encore, L’entre-deux” raconte et met en scène, sous l’oeil et la plume avisés de Christian Dalimier un couple amoureux et fragile. Valéry Bendjilali, charismatique dans le rôle de Pierre, refuse de quitter l’enfance malgré les désirs d’assise et de grossesse de sa jeune épouse, Wendy, fraîche Bénédicte Chabot beaucoup plus terre à terre. En quête d’emploi, Pierre ne se précipite pas au rendez-vous. Il a d’autres rêves. Très vite, les rires et jeux d’amoureux sotn avalés par les réalités de la vie. Le couple part à la dérive, la
belle-mère, caricaturale Manu Mathieu, donne le ton au spectacle et la tendresse revient pour un final émouvant. Belle rythmique des mots, des jeux et des répliques dans ce regard aigre-doux sur la vie de couple.»
Laurence BERTELS, La Libre Culture.

Comments are closed.