Artistes historiques

  Patrick Waleffe

Patrick Waleffe fait ses études à l’INSAS et y obtient son diplôme d’Interprétation Dramatique en 1978. Il commence sa carrière au Théâtre National mais on peut encore le voir, au cours des premières années de sa carrière, à l’Atelier Ste Anne, à l’Esprit Frappeur ou encore au NTB d’Henri Ronse.

Il collabore, dès 1979, avec le Théâtre du Copeau où il crée, en 1984, Les Couronnes du Roi dans une mise en scène de son grand ami, Yves Hunstad. Il fait également un long parcours avec Herbert Rolland au Théâtre de la Vie ainsi qu’avec la troupe des Menus Plaisirs du Roy avec laquelle il crée de nombreuses parodies pour marionnettes baroques. Il a plus récemment joué au Théâtre de La Place dans Youpi de Charlie Degotte, dans L’Européenne de David Lescot et dans L’Affaire Lambert de Véronique Stas ainsi que dans Le Capitaine Fracasse de Thierry Debroux au Théâtre du Parc.

Parallèlement à sa carrière d’acteur, il écrit de nombreuses musiques de scène, parmi lesquelles on peut citer Gilbert sur scène  et Le Pic Nic pour Yves Hunstad, Britannicus, Le Médecin Malgré Lui et La Nuit des Rois au Théâtre de la Vie, Mademoiselle Julie et Deirdre des Chagrins au NTB, Termini Roma pour Thierry Debroux ou encore Karl Valentin, Dramuscules et L’Affaire Lambert au Théâtre de la Place. On aperçoit, aujourd’hui encore, très souvent cet incorrigible touche à tout dans les studios de doublage pour lesquels, outre la voix qu’il prête à un grand nombre de personnages, il adapte en langue française des centaines de chanson dans des séries destinées au jeune public.

Au Théâtre du Copeau, pour lequel il a écrit, adapté, mis en scène et joué  un grand nombre de spectacles et dont il est aujourd’hui directeur artistique, il a dernièrement créé C’est Avoir et Le Tribun.

 

 

Maurice Van den BroeckMaurice Van den Broeck fonde le Théâtre du Copeau en 1978. Il en est véritablement l’âme pendant plus de 30 ans, y cumulant les fonctions de directeur artistique, de régisseur, de graphiste – il réalise la plupart des affiches -, de comédien – qui a oublié sa prestation dans Les Couronnes du Roy?– et de scénographe. Il a conçu et réalisé l’immense majorité des décors de notre compagnie, réussissant presque à chaque fois le tour de force de proposer des univers scéniques inventifs et aisément transportables – ce qui est indispensable dans un théâtre essentiellement voué à la décentralisation.Il coopère  également à de nombreuses productions d’autres compagnies jeune-public: il a notamment conçu et (ou) réalisé des décors pour la Compagnie de la Casquette, la Compagnie pour Rire, le Théâtre Attrape, la Compagnie Transhumance, le Théâtre Musical Possible, les Tréteaux de Haute Alsace, sans oublier ses nombreuses tournées avec Le Cirque du Trottoir ou Les Funambules, Joseph Collard et Jean-Louis Danvoye.

Maurice Van den Broeck a, ces dernières années, conçu et réalisé le décor de La Rose Blanche pour le Théâtre du Copeau ainsi que celui des  Amis de Carolede Christian Dalimier. Il est chargé de la scénographie du spectacle écrit par Christian Dalimier que le Théâtre du Copeau créera en cette année 2013.

 

 

  Valérie JoyeuxValérie Joyeux obtient, en 1989, un Premier Prix en Art Dramatique au Conservatoire Royal de Mons. Elle travaille d’abord dans des spectacles adressés au public adulte (avec R. Cordier, D. Seron, E. De Staercke) et à la Ligue d’Improvisation Belge, mais le théâtre jeune public devient rapidement son terrain de prédilection. Son univers et ses recherches personnelles y trouvent un terrain d’expression qu’elle parcourt avec simplicité et humour.Le Théâtre Musical Possible, le Théâtre Isocèle, le Théâtre Loyal du Trac et bien entendu le Théâtre du Copeau lui donnent la possibilité d’exprimer son talent de comédienne d’abord, puis dès 2003 de metteur en scène avec Personne s’appelle Thérèse. Ce spectacle sera récompensé par le Prix de la Province de Liège aux Rencontres de Huy pour la direction d’acteurs. Elle reçoit, la même année, le prix d’interprétation pour son rôle dans Le Simplomatipique. Son parcours sur le terrain de la mise en scène se poursuit avec Les Caprices du Courrier qu’elle co-écrit avec Philippe Léonard, comédien qu’elle met plus tard en scène dans Bon débarras pour le Foule Théâtre.

Plus récemment, elle crée avec Vincent Raoult La faute à qui? (Théâtre Loyal du Trac) et Ficelles (Foule Théâtre) et joue dans Chogan, mis en scène par Luc Dumont au Zététique Théâtre. De cette complicité entre Vincent et Valérie nait la compagnie « Les Pieds dans le Vent » en 2011, qu’ils dirigent tous les deux. Elle y travaille actuellement sur le prochain spectacle Vu d’ici de Véronique Dumont dans lequel elle partage le plateau avec Christian Dalimier et s’apprête à  jouer dans Les désobéisseurs, un spectacle mis en scène par Jean-Michel d’Hoop qui sera coproduit avec la Compagnie 3637 à Huy 2013. En dehors de ses activités avec Les Pieds dans le Vent, elle a signé, en 2013, la mise en scène de Le Grand Rond pour la compagnie La Berlue.

Comments are closed.